Bien vivre sa grossesse aux États-Unis

Mieux vaut être bien organisé lorsque l’on envisage d’accoucher aux États-Unis !

Donner naissance dans un pays de culture différente, loin de ses proches et dont le système de santé est complètement différent, peut être source d’inquiétudes pour les futurs parents.

C’est pourquoi nous allons vous donner tout ce qui est à considérer afin de vivre votre grossesse et votre accouchement en toute tranquillité aux États-Unis.

 

La maternité aux USA

Informations essentielles pour anticiper et préparer sa grossesse aux USA

 

Bien s’entourer

Les sages-femmes n’existent pas aux États-Unis. Ce sont les gynécologues-obstétriciens qui pratiquent les accouchements. Ils sont généralement rattachés à un hôpital. Vous pouvez le choisir en fonction de votre assurance (certaines assurances ont des listes de praticiens partenaires), ou en fonction de l’hôpital dans lequel vous souhaitez accoucher.

Vous pouvez vous fier aux recommandations de votre entourage mais vous devrez toujours vérifier que votre assurance couvrira les frais.

Sachez qu’aux États-Unis le taux d’accouchement par césarienne est de 35% (en France il est seulement de 20%). Les médecins privilégient ce type d’accouchement pour deux raisons : le coût (plus avantageux pour les hôpitaux et les médecins) et la facilité de planification de l’accouchement. Il faut garder en tête que la santé est un business aux États-Unis.

Il est fortement recommandé de se renseigner sur toutes les complications possibles liées à la césarienne ou au déclenchement, pour être en position de prendre des bonnes décisions le jour J.

De nombreuses femmes choisissent également de se faire accompagner par une Doula. Le rôle d’une Doula est d’accompagner et de soutenir la future maman ainsi que son entourage pendant la grossesse, à l’accouchement pendant la période postnatale. Elle intervient uniquement en complément du suivi médical choisi par les parents.

La préparation à l’accouchement 

Les childbirth classes sont les cours de préparation à l’accouchement. Exercices, lectures, discussions… Ils prennent différentes formes. Vous pouvez aussi faire cette préparation à l’accouchement avec une Doula.

Le suivi prénatal est aussi approfondi qu’en France. Avant l’accouchement, vous aurez une consultation tous les mois, puis tous les 15 jours puis enfin toutes les semaines. Une échographie est réalisée à chaque fois (par l’infirmière ou le médecin) et le rendez-vous est assez rapide. Si vous avez des questions mieux vaut les préparer à l’avance. En plus de ces rendez-vous, trois échographies plus approfondies ont lieu à l’hôpital vers la 12ème semaine, 20ème semaine puis vers la 36ème semaine.

Après l’accouchement les mamans n’ont aucun suivi. Le suivi médical des mamans est très souvent inexistant après la naissance de leur enfant.

Les femmes quittent généralement l’hôpital deux jours après avoir accouché, même si elles ont eu recours à une césarienne. Bien souvent elles ne savent pas comment laver leur bébé ou l’allaiter. D’où le soulagement d’être accompagnée d’un Doula ou d’avoir suivi des « childbirth classes ».

Concernant la rééducation du périnée, c’est une pratique presque inconnue aux États-Unis. Cependant vous pouvez trouver des kinés qui pratiquent ce genre de rééducation comme le Renew Physical Therapy à New York.

Allaitement, circoncision, emmaillotage : des pratiques différentes

Il y a de petites différences culturelles à connaitre. Aux Etats-Unis, 83% des mères allaitent à la naissance contre 67% en France. Après six mois, 57% des femmes continuent côté américain contre 19% côté français. Il y a une grande souplesse dans la société américaine concernant l’allailement, les femmes peuvent facilement tirer leur lait sur leur lieu de travail, alors qu’en France c’est moins répandu et donc les entreprises ne sont pas encore bien organisées pour permettre aux femmes de s’isoler et réfrigérer leur lait.

L’emmaillotage du nouveau-né est aussi très répandu aux États-Unis. Il faciliterait l’endormissement.

La circoncision est une pratique marginale en France en dehors des considérations religieuses, mais elle est très souvent pratiquée aux USA pour des raisons hygiéniques.

Déclarer la naissance

En général vous devez déclarer la naissance de votre enfant dans les 15 jours qui suivent l’accouchement.

Le droit du sol s’applique aux États-Unis par conséquent si vous souhaitez que votre enfant porte aussi votre nationalité, il faut faire une déclaration auprès de votre Consulat ou de votre ambassade et apporter certains documents comme une preuve de votre nationalité. Vous pouvez retrouver toutes les informations auprès de votre consulat.

Pas de congé maternité rémunéré

Le congé maternité en France est de 16 semaines. Aux États-Unis il est tout simplement inexistant !

Il existe une loi qui permet de prendre jusque 12 semaines de congés pour s’occuper d’un membre de la famille, mais il est non-rémunéré (sauf dans le Rhode Island, le New Jersey et la Californie où il est rémunéré à 50%). Mais pour cela, il faut justifier d’au moins un an d’ancienneté et travailler dans une entreprise de plus de 50 salariés à plein temps.

Certaines grosses entreprises (Facebook, Google…) offrent des congés maternités payés à leurs salariés.

La plupart des jeunes mamans reprennent donc le travail seulement deux semaines après avoir accouché !

Bien choisir son assurance santé

Le système de santé américain est l’un des plus coûteux au monde. Le prix de la maternité varie d’un État à l’autre mais en moyenne un accouchement coûte environ 15,000$ et peut facilement atteindre plus de 50,000$ en cas de complications. Ce à quoi il faut ajouter tout le suivi médical pendant et après la grossesse.

Certaines assurances ne couvrent pas la maternité si la grossesse a déjà débuté. C’est un projet à vraiment anticiper pour ne pas avoir de mauvaises surprises sur votre prise en charge.

Etant donné qu’aux États-Unis il n’y a pas de système de sécurité sociale, il est impératif de souscrire à une assurance santé privée.

Vous aurez le choix parmi 2 grands types de contrats :

  • Les assurances locales américaines : Le fonctionnement de ces assurances est compliqué à comprendre, les contrats sont très mal rédigés. Les interlocuteurs sont exclusivement américains ou hispaniques. Cependant le niveau de prise en charge est suffisant pour couvrir les frais liés à un accouchement, certains contrats ont un socle de garanties de base qui couvre la maternité. Il faut toutefois faire attention au montant qui restera à votre charge (copayment, coinsurance, maximum out of pocket…).
  • Les assurances santé internationales : Elles sont spécialement conçues pour les expatriés. La garantie maternité sera souvent optionnelle. Il peut y avoir un délai de carence et des garanties plafonnées. Vos interlocuteurs sont francophones et multilingues et les termes du contrat facilement compréhensibles et transparents. Le niveau de prise en charge est largement suffisant pour couvrir tous les frais liés à la grossesse, il n’y a aucune surprise de copayment ou d’out of pocket.

Il faut donc bien regarder son niveau de couverture compte tenu de tous ces points lorsque le projet bébé est d’actualité. Trop d’expatriés se laissent surprendre par un déficit d’assurance lorsqu’il est malheureusement trop tard.

La maternité aux Etats-Unis se prépare et s’anticipe en raison d’un système onéreux et complexe. Une sous assurance ou une absence totale de couverture peut amener les hopitaux à refuser de vous accoucher meme si vous prouvez d’un compte en banque bien alimenté.

Nous vous recommandons vivement de vous faire accompagner afin de comparer les différentes options qui s’offrent à vous en matière d’assurance santé. Le recours à un courtier spécialisé en assurance santé tel qu’Agoraexpat est fortement recommandé afin d’obtenir les meilleurs conseils et d’être guidé dans vos démarches.

Nos autres articles

Contactez-nous dès aujourd'hui

AgoraExpat accompagne les expatriés dans le monde entier ! Nous sélectionnons l'assurance santé internationale la plus adaptée en fonction de vos besoins et de votre pays d'expatriation.

Contactez-nous pour que nous puissions déterminer ensemble quelle assurance maladie pour expatrié choisir pour répondre au mieux à vos besoins.